Voilà maintenant cinq années que Catherine Menuge, originaire de Maresquel, a posé ses pinceaux dans une échoppe de la rue du Clape-en-Bas. Rencontre avec une artiste passionnée de la ville dans laquelle elle a toujours travaillé et qui lui offre, à l’heure de la retraite, un havre de paix.

C’est après une épreuve difficile que Catherine Menuge s’est réfugiée dans ses créations. Depuis, son échoppe rue du Clape-en-Bas est sa bulle d’oxygène. « Il a fallu que je me reconstruise et l’art m’a aidé à avancer », confie-t-elle. « J’emporte mon esprit vers un état méditatif. »

Catherine n’a pas suivi un parcours artistique, c’est son travail acharné qui l’a fait progresser. Elle a acquis une base en dessin et a exposé à la journée des peintres du 15 août.

« Maman était couturière. À part elle, personne de ma famille n’avait un rapport particulier à l’art. Moi, c’est une envie. Le dessin ça m’a toujours parlé, je ne sais pas pourquoi. Je ne cherche même pas à comprendre d’ailleurs ».

L’artiste travaillait en pharmacie, mais elle avoue n’avoir eu de cesse de dessiner à chacun de ses temps libres.

J’ai fait des expositions avec des amis. Mon époux m’a construit un atelier à la maison. En 2016, j’ai demandé à avoir une échoppe rue du Clape et mon rêve s’est réalisé.

Catherine Menuge

La convivialité d’une rue pittoresque

L’artiste est avant tout une passionnée de Montreuil et de la rue dans laquelle se trouve sa boutique. Elle nous décrit la rue du Clape-en-Bas comme un lieu de partage, de convivialité et d’inspiration.

« Je ne me lasse pas de peindre cette rue », explique-t-elle.

Catherine voit Montreuil comme une source d’inspiration pour les artistes et artisans. Ce sont les vieilles pierres, les rues pittoresques, les maisons bourgeoises, les remparts, la citadelle mais également toute la nature qui entoure la ville qui lui permettent de réinventer de nouveaux sujets. C’est d’ailleurs pour cela que Catherine se plaît à tirer des reproductions de ses créations en carte postale. Chacun peut alors repartir avec un petit morceau de son souvenir de la ville.

Montreuil est une ville propice à la flânerie et à la rêverie

Catherine Menuge

Une artiste de l’interaction

Catherine est plus productive à son échoppe. L’encouragement des passants pour les œuvres qu’elle expose est pour elle une véritable motivation.

J’aime cet échange avec les passants. À Montreuil les gens sont détendus, ils y trouvent le repos de la campagne. C’est vrai que j’ai la sensation d’être toujours en vacances dans mon atelier. J’y trouve une certaine sérénité.

Catherine Menuge

Si, à ses débuts, elle craignait de montrer ses productions, avec son officine cette crainte s’est envolée. Aujourd’hui, elle avoue n’avoir jamais regretté de montrer ses œuvres.

L’intérêt que portent les gens à mes créations est rassurant, et m’amène à penser qu’on est parfois trop dans la recherche de l’absolu.

Catherine Menuge

Une introspection… collective! Puisque Catherine remarque être beaucoup plus créative au printemps et en été, là où l’affluence de la rue est forte. Le confinement à eu une répercussion sur ses productions mais l’artiste est revenue déconfinée et plus inventive que jamais: « À la fin du confinement, j’avais plein d’idées! »

Une inspiration sans faille

L’artiste déborde d’idées et ne se restreint pas. Elle travaille des commandes spéciales, des portraits, des paysages, des éléments naturels… Bref, tout ce qui inspire Catherine passe sous son pinceau. Sa dernière peinture ? Une commande pour un marin qui a voyagé sur l’Hermione, agrémentée de poèmes… Encore une belle histoire qui a permis à l’artiste de voyager dans un monde imaginaire.

L’univers de Catherine Menuge

Des traits fins, le plaisir de la minutie et des détails. Avec Catherine on se plaît à partir à voyager dans une bulle poétique.

Au gré des envies et de l’imagination, je me diversifie.

Catherine Menuge

Collage, carnet de voyage, encre, huile, effets de texture… tout prend vie ! L’artiste laisse libre court à son imagination et à ses envies.

Ainsi, lorsque vous flânerez dans la petite rue de Montreuil bordée de maisons du XVIIIe siècle en bois et en torchis , peut-être aurez-vous la chance d’y voir Catherine Menuge, en pleine création d’un nouveau chef-d’oeuvre.

Et aussi…

Trouvez l’inspiration