Simon en est persuadé: s’oxygéner est la meilleure façon d’oublier les soucis. Tous les matins ou presque, il aime courir autour des remparts de Montreuil. Une activité sportive compatible avec le confinement.

Car les 3 km de fortifications qui entourent la ville offrent un terrain de jeu exceptionnel, idéal pour les sportifs aguerris comme pour les marcheurs en quête d’introspection.

Ressourcement et oxygénation

Courir sur les remparts, le matin avant d’aller au travail ou même le soir à la frontale, ça me ressource, ça fait partie de mon équilibre. J’aime avoir l’impression d’être le premier de la journée à fouler un sentier. Quand je cours, je n’ai aucun itinéraire en tête. J’aime me laisser porter, suivre un rayon de soleil… Qu’importe la destination tant que je suis heureux sur le chemin !

Simon B., sportif engagé, président de l’Association sportive et caritative Corps & Âmes

Terre, gadoue ou macadam, terrain plat ou pentu… La diversité des environnements permet aux sportifs de faire du fractionné. Les marcheurs, eux, apprécient la tranquillité matinale pour méditer sur les remparts. « Tout le monde s’y retrouve« , explique Simon.

Son conseil ? « Il ne faut pas hésiter à sortir des sentiers battus, descendre des remparts pour explorer les glacis, les sentiers qui longent la muraille. » En effet, si le tour des remparts désigne communément la promenade en haut des fortifications, la balade extra-muros offre également un agréable terrain de jeu aux marcheurs et sportifs en quête de ressourcement.

Vous aimerez…

nos suggestions

Le running autour des remparts, une expérience sensorielle

Douce lumière parfois nimbée de brume, chant des oiseaux, fraîcheur de la rosée… Au petit matin, peu importe la saison, les sens sont particulièrement sollicités.

« J’aime le son des brindilles écrasées à chaque foulée« , souligne Simon. « Et aussi l’odeur vivifiante de la végétation, le parfum des plantes aromatiques du côté de la Grenouillère…« 
S’il croise parfois quelques pêcheurs ou kayakistes sur les bords de la Canche, il est le plus souvent seul. « J’aime la tranquillité. Quand je cours, je ne pense à rien, je savoure juste l’instant présent.«